jeudi 31 décembre 2015

NON, OUI



C'est parce que l'homme peut dire non
que son oui prend une pleine résonance.
.
Paul Evdokimov
"L'amour fou de Dieu"
.


mercredi 30 décembre 2015

OGM...EN VUE



Monsanto et ses amis ne cachent pas leur espoir 
permette d’imposer enfin aux Européens 
leur "catalogue" foisonnant de produits OGM
 en attente d’approbation et d’utilisation.
.


mardi 29 décembre 2015

AUTONOMIE



Désormais, la plus haute, la plus belle performance 
que devra réaliser l’humanité 
sera de répondre à ses besoins vitaux 
avec les moyens les plus simples et les plus sains.

Cultiver son jardin ou s’adonner 
à  n’importe quelle activité créatrice d’autonomie 
sera considéré comme un acte politique, 
un acte de légitime résistance 
à la dépendance et à l’asservissement 
de la personne humaine.
.
.

BREVETER LE VIVANT



Depuis 2015, les multinationales peuvent désormais,
 même en Europe, breveter le vivant !
.
Lire article ICI
.

lundi 28 décembre 2015

TOUT ACHETER



Comment pouvez-vous acheter ou vendre le ciel,
la chaleur de la terre ?
L’idée nous paraît étrange.
Si nous ne possédons pas la fraîcheur de l’air
et le miroitement de l’eau,
comment est-ce que vous pouvez les acheter ?

(lire la suite ici)
.

dimanche 27 décembre 2015

PROPRIETE




Quelle étrange chose que la propriété, 
dont les hommes sont si envieux !
Quand je n'avais rien à moi, 
j'avais les forêts et les prairies, la mer et le ciel ;
depuis que j'ai acheté cette maison et ce jardin,
je n'ai plus que cette maison et ce jardin.
.
Alphonse Karr
.

samedi 26 décembre 2015

ETRE OU AVOIR



Le mode être ne peut apparaître que dans la mesure 
où nous faisons décroître le mode avoir 
(qui est le non-être), 
c'est-à-dire dans la mesure où nous cessons de trouver
 notre sécurité et notre identité 
en nous accrochant à ce que nous avons, 
en " nous asseyant dessus ", 
en nous cramponnant à notre moi et à nos possessions. 

" Être " exige l'abandon de notre égocentrisme
et de notre égoïsme ou, pour employer des mots 
qui reviennent souvent chez les mystiques, 
en nous rendant " vides " et " pauvres ".

Mais la plupart des gens estiment qu'il est trop difficile 
d'abandonner leur orientation " avoir "; 
toute tentative dans ce sens
éveille chez eux une angoisse intense, 
et ils ont l'impression de n'être plus du tout en sécurité, 
comme si, ne sachant pas nager, 
ils étaient précipités dans l'océan. 

Ils ne savent pas qu'à partir du moment 
où ils ont renoncé à la béquille de la propriété,
 ils peuvent commencer à se servir de leurs propres forces 
et se mettre à marcher tout seuls.
.
Erich fromm
.


Alors que le propre d'un besoin
est d'être satisfait,
le propre d'un désir est surtout
d'être entendu, respecté,
mais pas nécessairement comblé.
.
Jacques Salomé
"Répondre aux besoins de l'enfant
plus qu'à ses désirs"
.


EXAUCER LES REVES



La pire chose que l'Eternel peut faire vivre
à sa petite créature,
c'est de réaliser ses rêves.
Car les rêves de la petite créature
sont toujours trop étroits.
.
.

vendredi 25 décembre 2015

HAPPY Xmas



jeudi 24 décembre 2015

2015 : NOËL AU BALCON...


Avant le réchauffement climatique :


Et après :





mercredi 23 décembre 2015

DANS SON COEUR



Celui qui n'a pas Noël dans son coeur 
ne le trouvera jamais au pied d'un arbre. 
.
Roy L. Smith
.

CONFORMISME OU INVENTIVITE ?




Il y a dans nos sociétés un système 
de mise en condition des êtres humains 
qui nuit à la réflexion. 
Si on se laisse domestiquer par la presse, 
la publicité et la télévision, 
on perd tout recul face au monde.
.
Théodore Monod
.


Le conformisme pousse à désirer des choses 
qui ne sont pas le moins du monde désirables, 
à se laisser étriper, dévaliser pour la possession de biens 
qui se délitent dès que nous les possédons.

Le conformisme nous pousse à faire la sourde oreille 
aux vraies aspirations de justice, de justesse, 
d'audace, de solidarité et d'inventivité; 
il mène à une torpeur mortelle.

La transmission, elle, 
consiste dans la révélation de la force de l'esprit : 
l'homme est en mesure de penser ce qui n'est pas.
.
Christiane Singer
.

Je vous souhaite des Fêtes de Noël...
créatives ! :-)
.
La Licorne
.


mardi 22 décembre 2015

VIBRER



Ne vous demandez pas de quoi le monde a besoin. 
Cherchez ce qui vous fait vibrer.
 Parce que ce dont le monde a besoin, 
c'est de personnes qui vibrent avec la vie.
.
Harold T. Whitman
.



PLAISIR OU JOIE




La finalité humaine n’est pas de produire pour consommer,
de consommer pour produire ou de tourner
comme le rouage  d’une machine infernale
jusqu’à l’usure totale. 
où l’argent prime sur tout
mais ne peut offrir que le plaisir. 
.
Bien au-delà des plaisirs superficiels toujours inassouvis, 
la sobriété permet de retrouver
la vibration de l’enchantement, 
le sentiment de ces êtres premiers
pour qui la création,  les créatures et la terre
étaient avant tout sacrées.

Pierre Rabhi
.



TRAVAIL EPUISANT



Il veut accomplir quelque chose dans cette vie, 
apprendre les langues étrangères, 
parcourir le monde, lire un millier de livres,
 il veut atteindre l’essentiel, quel qu’il soit, 
il voudrait découvrir si l’essentiel existe, 
mais il est parfois difficile de réfléchir et de lire 
quand on est tout vermoulu après une journée épuisante 
passée à ramer, mouillé et transi 
après douze heures passées dans les champs, 
alors, ses pensées peuvent être tellement lourdes 
qu’il parvient à peine à les soulever, 
alors, il est à des lieues de l’essentiel.
.
J. K. Stefansson
.

lundi 21 décembre 2015

CHÔMAGE




Quand les hommes politiques
disent vouloir combattre le chômage, 
ils parlent surtout du leur.
.
Patrick Sébastien
.

RIRE



Plus c'est grave, et plus j'aime rire.
.
Christian Bobin
.




samedi 19 décembre 2015

SKETCH




Coluche, "Le sketch du chômeur"
...c'était il y a plus de trente ans...
et misère, misère...
 c'est toujours d'actualité !
.


vendredi 18 décembre 2015

AMATEURS ET PROFESSIONNELS



Le terrorisme vise à paralyser une société par la peur. 
- Les terroristes amateurs font exploser des voitures. 
Les professionnels font grimper les chiffres du chômage.
.
Charb
"Maurice et Patapon"
.

jeudi 17 décembre 2015

PEUR




Toutes les peurs viennent de l'enfance, pour la châtier,
 pour l'empêcher d'aller son cours. 
Tous les enfants connaissent la peur 
d'une connaissance intime, personnelle -
 mais pendant longtemps 
elle ne les atteint pas dans leur enfance.

Ils la contournent, ils la frôlent et même ils jouent avec. 
Tu as peur des insectes et des uniformes, 
des mauvaises notes et des chiens, 
tu as peur des revenants. 
La peur est comme une avancée 
du monde adulte dans ton enfance. 
Elle a sa place , elle a ses heures, elle a ses lieux
. Mais elle ne t'arrête pas. 
Tu tombes, tu as peur de tomber 
ce qui fait que tu tombes, et puis tu te relèves, 
tu tombes et la seconde d’après tu éclates de rire. 
La joie est encore plus forte. 
Le goût de vivre pour vivre [...]

La peur n'est plus comme hier dans le monde, 
dans les dorures d'une légende
ou dans les recoins d'une rue. 
Elle est maintenant dans l'esprit des adultes. 
Dans le sang de leur sang, dans le coeur de leur coeur. 
Elle les mène de part en part, 
elle est enfin venue à bout de l'enfance infatigable.

Elle fait les mariages tristes - par peur de la solitude. 
Elle fait les travaux de force - par peur de la pauvreté. 
Elle fait les vies absentes - par peur de la mort. 
Quand elle descend sur l'enfance,
la peur s'évapore aussitôt. 
Quand elle descend sur les adultes,
elle reste, elle s'entasse.

.
Christian Bobin
.

mercredi 16 décembre 2015

NUIT ETOILEE



Hugo écrivait à l'adresse des pessimistes de son époque :
« Vous voyez l'ombre, et moi je contemple les astres
Chacun a sa façon de regarder la nuit... »
.
Gustave Thibon 
"L'équilibre et l'harmonie"
.

mardi 15 décembre 2015

RIPOSTE



[...] la riposte à l'angoisse est la communion, 
la communauté,  l'amour, 
la participation,  la poésie, le jeu...
Edgar Morin
"Dialogue sur la nature humaine"
.

lundi 14 décembre 2015

TERREAURISME



Petits gestes...
.

dimanche 13 décembre 2015

AGIR PAR DES CHOSES MINUSCULES




Le changement révolutionnaire n'est pas 
un surgissement cataclysmique 
mais une succession interminable de surprises 
cheminant en zigzag vers une société plus décente. 

Il n'est pas nécessaire de mener
des actions grandioses et héroïques 
pour participer au processus de changement. 
Des actions modestes,
multipliées par des millions d'individus, 
peuvent changer le monde. (...)

Un optimiste n'est pas nécessairement un joyeux drille 
sifflotant bêtement au milieu du chaos. 
Garder l'espoir quand ça va mal n'est pas 
faire preuve de romantisme aveugle. 

C'est miser sur le fait que l'histoire humaine est l'histoire, 
non seulement de la cruauté, mais aussi de la compassion, 
du sacrifice, du courage, de la bonté. 
Ne voir que le pire c'est détruire notre capacité
 à faire quoi que ce soit. (...)

Dans la mesure où nous agissons, 
même en faisant des choses minuscules, 
nous n'avons plus à attendre la grande utopie à venir.

L'avenir est une succession infinie de présents, 
et vivre maintenant
comme devraient vivre les êtres humains, 
au mépris de ce qu'il y a d'hostile autour de nous, 
est en soi une victoire merveilleuse. 
.
Howard Zinn
"Des voix rebelles"

Citation trouvée
chez Fifi
.

samedi 12 décembre 2015

CHANGEMENT EXTERIEUR ET CHANGEMENT INTERIEUR



Il faut peut-être que la crise s'approfondisse, 
approcher plus près du désastre, 
pour provoquer les sursauts de la prise de conscience.

Comment viennent les grandes solutions 
dans l'histoire de l'humanité ? 
Par la jonction d'un courant profond et inconscient 
qui traverse des milliers d'individus, 
et des idées hyper conscientes
qui jaillissent de quelques esprits. 
C'est cette jonction qui fait les grands mouvements. 
Il faut espérer que quelque chose
de cet ordre va se produire...

La seule chose que je crois, c'est que la révolution salutaire 
ne pourra pas venir uniquement de l'extérieur, 
c'est à dire par des réformes d'institutions, 
par des changements économiques et politiques. 

La mutation viendra aussi de l'intérieur
et sans doute à deux niveaux : 
d'abord par ce que j'appelle la réforme de la pensée, 
qui consiste à penser de manière
plus complexe et plus riche, 
plus adéquate, moins mutilée; 
et deuxièmement par une réintériorisation 
de l'existence humaine 
qui cessera de s'agiter dans tous les sens
 uniquement en fonction des conquêtes extérieures, 
de plus en plus artificiellement stimulées et surexcitées.

Je mets donc comme condition à la sortie de l'agonie 
une réforme intérieure, dans les deux sens du terme : 
l'un beaucoup plus réflexif et intellectuel, 
l'autre beaucoup plus intériorisé, 
dans le sens de la vie de "l'âme", 
pour employer ce mot entre guillemets, 
bien qu'il corresponde à une réalité profonde.
.
.

SYSTEME...QUI SE MORD LA QUEUE




vendredi 11 décembre 2015

PENSEE ECOLOGISEE



Une intelligence incapable d'envisager
 le contexte et le complexe planétaire, 
rend aveugle, inconscient et irresponsable.
.
Mais la pensée écologisée est très difficile 
parce qu'elle contredit des principes 
enracinés en nous dès l'école élémentaire, 
où l'on nous apprend à faire 
des coupures et des disjonctions 
dans le tissu complexe du réel, 
à isoler des domaines du savoir 
sans pouvoir désormais les associer.
.
À une pensée qui isole et sépare, 
il faut substituer une pensée qui distingue et relie. 
À une pensée disjonctive et réductrice, 
il faut substituer une pensée du complexe
au sens originaire du terme complexus : 
ce qui est tissé ensemble.
.
Et s'il est vrai que le cours de notre civilisation, 
devenue mondialisée, conduit à l'abîme 
et qu'il nous faut changer de voie,
toutes ces voies nouvelles devraient pouvoir converger 
pour constituer une grande voie qui conduirait 
mieux qu'à une révolution,
à une métamorphose. (*)

Car, quand un système n'est pas capable 
de traiter ses problèmes vitaux, soit il se désintègre, 
soit il produit un métasystème plus riche, 
capable de les traiter : 
il se métamorphose.
.

Citations d'Edgar Morin
.

(*) La révolution, comme son nom l'indique, 
consiste à "repartir pour un tour"...:-),
tandis que la métamorphose 
est un changement profond,
un véritable changement de forme...
.
La Licorne
.





jeudi 10 décembre 2015

HUMOUR...



mercredi 9 décembre 2015

ON A TOUS LE MÊME SOLEIL




Car on a tous la même planète
Qui nous supplie d'être moins bêtes...
.


mardi 8 décembre 2015

ESPOIR ?


Une pensée pour tous ceux qui sont en train,
en ce moment même,
de "plancher" pour trouver des solutions
aux problèmes climatiques mondiaux...


«  Nous devons laisser à nos enfants 
davantage qu’un monde libéré de la terreur. 
Nous devons leur laisser une planète viable.  »

« Le 12 décembre un accord doit être trouvé à Paris. 
Un accord universel et contraignant. (…) 
Nous sommes au pied du mur. 
Ce mur est fait de l’addition de nos égoïsmes, 
il est construit sur l’indifférence (…) 
Ce mur n’est pas infranchissable. »

« Sur vos épaules repose l’espoir de toute une humanité. »
.
François Hollande
.
Espérons que ce ne seront pas
des paroles "en l'air"
et qu'un accord intelligent et constructif
puisse être trouvé...
.


lundi 7 décembre 2015

DEMAIN



Le film "Demain"
dont je vous avais parlé
il y a quelques temps, en août 2014,
est enfin sorti...
.
Un beau documentaire
et un message d'espoir...
à partager !
.
La Licorne
.

dimanche 6 décembre 2015

RALENTISSONS



L’idéal est de pouvoir agir à sa propre cadence. 
Nous sommes souverains dans notre espace privé 
où notre libre arbitre peut s’exercer librement. 

Dans l’espace social, nous avons une fonction 
et sommes obligés de composer avec les autres. 
C’est là que nous sommes entraînés
 dans la cadence générale, 
les trains ne pouvant adapter leurs horaires
à notre convenance !

Même notre respiration est devenue
si haute et si haletante 
qu’elle témoigne du stress et de l’angoisse
 omniprésents en nous.
Etre lent n’est pas un but en soi.

L’important est de retrouver une maîtrise
sur sa propre existence 
et un rythme proche de nos cadences naturelles.
La sottise de l’humanité est d’accepter 
cette frénésie comme une norme.

Pour nous y conditionner, le système gratifie la “réussite” 
de ceux qui offrent leur vie pour servir ce dogme.

Quand je vois la manière dont la publicité vend du rêve 
et joue sur des simagrées, des symboles de beauté, 
de liberté, d’érotisme, etc., 
cela me donnerait envie de porter plainte 
pour tentative de crétinisation de ma personne !
.
Pierre Rabhi
Interview complète ici
.

samedi 5 décembre 2015

ETAT D'URGENCE





Oui, il y a "état d'urgence"...
Il est absolument urgent...
de ralentir ! :-)
.
La Licorne
.

vendredi 4 décembre 2015

PAIX INTERIEURE



Ne laissons pas le comportement des autres
détruire notre paix intérieure.
.
Dalaï Lama
.

jeudi 3 décembre 2015

HISTOIRE DE CHANGEMENT CLIMATIQUE : LE FAISEUR DE PLUIE




Carl Gustav Jung,
prenait plaisir à raconter,
aussi souvent que possible,
l’histoire du Faiseur de Pluie 
que son ami R.Wilhelm
avait ramenée de Chine :

Il y eut une grande sécheresse dans la ville 
où séjournait Richard Wilhelm ; 
pendant des mois il ne tomba pas une goutte de pluie 
et la situation devint catastrophique.

Les catholiques firent des processions, 
les protestants firent des prières, 
et les Chinois brûlèrent des bâtons d’encens 
et tirèrent des coups de fusil 
pour effrayer les démons de la sécheresse. 
Finalement, les Chinois se dirent : 
“Allons chercher le faiseur de pluie”, 
et celui-ci vint d’une des provinces.

C’était un vieil homme émacié. 
Il dit que la seule chose qu’il souhaitait 
était qu’on mette à sa disposition
une petite maison tranquille 
et il s’y enferma pendant trois jours. 
Le quatrième jour des nuages s’amoncelèrent, 
et il se produisit une forte chute de neige, 
à une époque de l’année
où aucune neige n’était prévisible, 
et en quantité inhabituelle.

 Tant de rumeurs circulèrent 
au sujet de cet extraordinaire faiseur de pluie 
que Wilhelm alla voir l’homme, 
et lui demanda comment il avait fait. 
En vrai Européen, il dit : 
“Ils vous appellent le faiseur de pluie, 
pouvez-vous me dire comment 
vous avez produit la neige ?”.

Le petit Chinois répondit : 
“Je n’ai pas fait la neige, je n’en suis pas responsable” 
— “Mais qu’avez-vous fait durant ces trois jours ?” 
— “Oh, cela, je puis vous l’expliquer, c’est simple. 
Je viens d’un pays où les choses
sont ce qu’elles doivent être. 
Ici les choses ne sont pas dans l’ordre, 
elles ne sont pas comme elles devraient l’être
d’après l’ordre céleste, 
aussi le pays tout entier est-il hors du Tao.

Je n’étais pas non plus dans l’ordre naturel des choses, 
parce que j’étais dans un pays qui n’était pas dans l’ordre, 
aussi la seule chose que j’avais à faire
était d’attendre trois jours
 jusqu’à ce que je me retrouve en Tao, 
et alors, naturellement, le Tao fit la neige”. »

Texte ici
.


Cette histoire est véridique, ce n'est pas une légende, 
elle s'est réellement passée...

Et si nous en prenions "de la graine" ,
Et si nous la prenions au sérieux ?

Ne serait-il pas temps de se demander
si les désordres climatiques extérieurs 
ne sont pas le parfait reflet
de nos désordres "intérieurs" ?
Ne serait-il pas temps de se pencher 
sur notre "pollution psychique"...?

Cette pollution "intérieure"
fruit de nos peurs, de nos haines
et de nos pensées négatives,
n'est-elle pas celle qui, réellement,
  fait grimper la "température mondiale",
au sens propre comme au sens figuré,
et n'est-elle pas aussi en rapport direct
avec toutes sortes de "catastrophes"
humaines et écologiques ?

Ne devrions-nous pas commencer,
avant toute chose,
par calmer nos esprits
avant de vouloir nous attaquer
aux désordres climatiques ?

Certains commencent heureusement à le comprendre...
(Cf méditation mondiale évoquée ci-dessous) 
.
La Licorne
.

Lire aussi, sur ce sujet,
l'excellent article d'Olivier Breteau
dans son Journal Intégral
.



MEDITATION POUR LA TERRE


L'écologie extérieure sans écologie intérieure
 n'est qu'illusion. 
.




Clip vidéo:
"24 heures de méditation  pour la Terre"

Le 1er novembre 2015, cette méditation a mobilisé
plusieurs centaines de milliers de personnes
autour du monde, en amont de la COP 21

.

mercredi 2 décembre 2015

RETOUR SUR SOI-MÊME



Nous croyons profondément 
qu'un changement de société adviendra 
par le changement des individus qui la composent.

C'est la raison pour laquelle
nous n'aurons pas recours 
au réflexe du bouc émissaire,
vieux comme le monde, 
qui nous dédouanerait
de notre propre responsabilité

Le poing levé et les barricades
ne garantissent pas des tyrannies 
qui, trop souvent, ont fleuri
sur le terreau des révoltes, 
comme l'histoire nous l'a jusqu'à aujourd'hui
 abondamment démontré.
Certaines dictatures parmi les plus féroces
ont pris prétexte, pour s'installer,
d'une révolte tout à fait légitime
contre l'oppression.

Malheureusement, les opprimés
sont des oppresseurs en devenir, 
et il en sera toujours ainsi tant que chaque individu 
les germes de l'oppression [ ...]

L'humanité a désormais autre chose à faire
 que de s'échouer sur les récifs
de ses propres aberrations.

L'heure du bonheur 
dans l'élégance de la modération
et de la sobriété 
a sonné.

.


TRANSFORMABLE





Il n'y a pas d'un côté le monde avec ses guerres, 
ses tortures, ses horreurs, 
et de l'autre les hommes qui s'en indignent. 

Il n'y a qu'un seul monde. 
Et tout ce qui respire sous le soleil 
partage un souffle, un seul.
.
En dressant un mur contre la haine du monde, 
sa laideur, sa tristesse, sa vénalité, sa dépression 
- comme si tout cela ne nous concernait pas -,
 nous nous ôtons le seul puissant outil de changement : 
la conscience que ce monde n'est rien d'autre
qu'un précipité chimique de toutes mes pensées, 
de toutes mes peurs, de toutes mes cruautés.

Mais dès que je cesse de voir le monde en dehors de moi,

séparé de moi pour le réintégrer, l'incorporer (...)
 alors une issue se dessine, 
et la sensation d'impuissance cesse !

Ce lieu que je suis est transformable.
.
Christiane Singer

mardi 1 décembre 2015

REGARDER EN FACE



Je ne parviens pas à haïr les hommes.
Je continue à tout regarder en face.
Je ne me sauve devant rien.
Je cherche à comprendre les pires exactions.

J'essaie toujours de retrouver la trace de l'homme
dans sa nudité, sa fragilité,
enseveli parmi les ruines monstrueuses
de ses actes absurdes.
.
Etty Hillesum
.


lundi 30 novembre 2015

CONTRE QUI ? CONTRE QUOI ?



Pour qui, comment quand et pourquoi ?
Contre qui ? Comment ? Contre quoi ?
C'en est assez de vos violences.
D'où venez-vous ?
Où allez-vous ?
Qui êtes-vous ?
Qui priez-vous ?
Je vous prie de faire silence.
Pour qui, comment, quand et pourquoi ?
S'il faut absolument qu'on soit
Contre quelqu'un ou quelque chose,
Je suis pour le soleil couchant
En haut des collines désertes.
Je suis pour les forêts profondes,
Car un enfant qui pleure,
Qu'il soit de n'importe où,
Est un enfant qui pleure,
Car un enfant qui meurt
Au bout de vos fusils
Est un enfant qui meurt.
Que c'est abominable d'avoir à choisir
Entre deux innocences !...
.
Barbara


dimanche 29 novembre 2015

FRATERNITE OU CONFLIT MEURTRIER ?




Il nous faut apprendre à vivre ensemble
comme des frères
sinon nous allons mourir tous ensemble, 
comme des idiots.
.
Martin Luther King
.


Je ne suis pas sur terre
pour tuer des pauvres gens.
.
Boris Vian
.


Bien sûr, les gens ordinaires 
ne veulent pas la guerre (...),
c'est une chose entendue.

Mais, après tout, ce sont les dirigeants d'un pays
qui déterminent la politique de celui-ci.

Et c'est une chose relativement simple
que d'entraîner le peuple dans telle ou telle direction,
qu'il s'agisse d'une démocratie, d'une dictature fasciste,
d'un régime parlementaire ou d'une dictature communiste.

(Démocratie ou pas...)
le peuple peut toujours être amené à adhérer
aux choix et aux vues de ses dirigeants.
C'est facile.

Tout ce que vous avez à faire,
c'est de dire à ces gens qu'ils sont attaqués,
et de dénoncer les tenants de la paix
en pointant leur manque de patriotisme,
 et en les accusant d'exposer la patrie à un danger :
ça marche de la même façon
dans tous les pays du monde.
.

Hermann Goering
(lors du procès de Nüremberg)
.


INUTILE



Je n'aime pas la guerre.
Je n'aime aucune sorte de guerre.
Ce n'est pas par sentimentalité.
Je suis resté quarante-deux jours
devant le fort de Vaux et il est difficile
de m'intéresser à un cadavre désormais.

Je ne sais pas si c'est une qualité ou un défaut :
c'est un fait.
Je déteste la guerre.
Je refuse la guerre pour la simple raison
que la guerre est inutile.

Oui, ce simple petit mot.
Je n'ai pas d'imagination.
Pas horrible ; non, inutile, simplement.
Ce qui me frappe dans la guerre
ce n'est pas son horreur : c'est son inutilité.
Vous me direz que cette inutilité précisément est horrible.
Oui, mais par surcroît.

Il est impossible d'expliquer
l'horreur de quarante-deux jours d'attaque devant Verdun
à des hommes qui, nés après la bataille, sont maintenant
dans la faiblesse et dans la force de la jeunesse...

Vous ne pouvez pas leur prouver l'horreur.
Vous n'avez plus rien à votre disposition que votre parole :
vos amis qui ont été tués à côté de vous
n'étaient pas les amis de ceux à qui vous parlez ;
la monstrueuse magie qui transformait
ces affections vivantes en pourriture,
ils ne peuvent pas la connaître ;
le massacre des corps et la laideur des mutilations
se sont dispersés depuis vingt ans
et se sont perdus silencieusement
au fond de vingt années d'accouchements journaliers
d'enfants frais, neufs, entiers, et parfaitement beaux.

À la fin des guerres il y a un mutilé de la face,
un manchot, un boiteux, un gazé... pour dix hommes ;
vingt ans après il n'y en a plus qu'un pour deux cents hommes ;
on ne les voit plus ; ils ne sont plus des preuves.
L'horreur s'efface.

Et j'ajoute que malgré toute cette horreur,
si la guerre était utile
il serait juste de l'accepter.
Mais la guerre est inutile
et son inutilité est évidente.
L'inutilité de toutes les guerres est évidente.

Qu'elles soient défensives, offensives, civiles,
pour la paix, le droit, pour la liberté,
toutes les guerres sont inutiles.
La succession des guerres dans l'histoire
prouve bien qu'elles n'ont jamais conclu
puisqu'il a fallu recommencer les guerres.

La guerre de 1914 a d'abord été pour nous, Français,
une guerre défensive.
Nous sommes-nous défendus ? Non !
Nous sommes au même point qu'avant.
Elle devait être ensuite la guerre du droit.
A-t-elle créé le droit ?
Non, nous avons vécu depuis,
des temps pareillement injustes.

Elle devait être la dernière des guerres ;
elle était la guerre à tuer la guerre.
L'a-t-elle fait ? Non...
elle n'a tué que des hommes inutilement.
La guerre d'Espagne n'est pas encore finie
qu'on aperçoit déjà son évidente inutilité.

Je consens à faire n'importe quel travail utile,
même au péril de ma vie.
Je refuse tout ce qui est inutile
et en premier lieu la guerre
car son inutilité est aussi claire que le soleil.
.
Jean Giono
.


samedi 28 novembre 2015

HYMNE


Je ne sais pas comment vous le ressentez,
mais, personnellement,
j'ai beaucoup de mal, en ce moment,
à entendre, sur toutes les lèvres,
les paroles "sanguinaires"
de notre hymne national...

 

Pour tous les enfants de la terre
Chantons amour et liberté
Contre toutes les haines et les guerres
L'étendard d'espoir est levé
L'étendard de justice et de paix.
Rassemblons nos forces, notre courage
Pour vaincre la misère et la peur
Que règnent au fond de nos coeurs
L'amitié, la joie et le partage.
La flamme qui nous éclaire,
Traverse les frontières
Partons, partons, amis, solidaires
Marchons vers la lumière.
.
Graeme Allwright
.


vendredi 27 novembre 2015

CORPS INNOCENTS



Le monde succombe 
Aux mains des égorgeurs
En carcan de haine
Qui déciment les corps innocents

Puis s'échappant comme l'eau
De toute emprise
La liberté jaillit
Hors du joug des violences 
Et des hantises du temps.

Mais qui ramènera
Des contrées
De l'ombre et des glaives 
Ces vies interrompues
Aux lisières de nos vies.

  Andrée Chedid
.


RESISTANCE







jeudi 26 novembre 2015

AUNG SAN SUU KYI






Image du film "The Lady" de Luc Besson



PEUR ET PAIX






L'amour n'a ni bonne ni mauvaise intention. 
Il n'y a pas d'intention du tout. 
Il commence là où finit tout jugement, où finit la peur.
Notre plus grande peur est la peur d'aimer. 
Toute souffrance a commencé par l'amour ; 
l'amour bafoué, renié, ignoré. 
L'abandon ou les cris dans une chambre d'enfant.

Si c'est cette peur qui nous fait souhaiter 
construire un univers où nous n'avons plus peur 
- où règnera une atmosphère de sécurité - 
alors l'impulsion créatrice n'est pas la bonne. 

Si c'est la peur qui nous fait rêver 
d'un monde sans violence, 
nous y programmons aussitôt la violence.
.
Christiane Singer
.

mercredi 25 novembre 2015

POUR NE PLUS AVOIR PEUR




Il faut des rires, il faut des pleurs
Faut des fleurs pour se souvenir
Qu’on a eu des jours meilleurs

On dit qu’après le pire, qu’après la peur
Il y a cette chance à saisir
Mais quel est le prix du bonheur ?
.
.


mardi 24 novembre 2015

LA PEUR ET LES ARMES



Il existe toutes sortes de raisonnements,
 toute une dialectique pour justifier les crimes commis.

Chacun peut reconnaître que les armes
ont un effet objectivement néfaste, 
alors pourquoi leur accorder plus de place et d’importance 
qu’à la faim dans le monde, encore non résolue à ce jour ? 
C’est tout. Il n’y a rien de plus.

Or, c’est avec toute la cascade de justifications 
– “Il faut défendre la patrie, il faut ceci, il faut cela…” – 
que nous nous enlisons dans une apocalypse permanente. 
Quel gâchis ! Une arme n’est pas bonne...
parce qu’elle supprime la vie.

Toute la créativité belliqueuse,
 avec la fameuse puissance de feu 
dont on se goberge en bombant le torse, 
est engendrée par la crainte et la faiblesse.
Si je n’ai pas peur, je n’ai pas besoin de fusil.

Je suis plein de compassion 
pour les êtres trouillards que nous sommes. 
Ce paradoxe fait partie des grandes incohérences 
dont l’humanité est la première victime. 
.
Pierre Rabhi



lundi 23 novembre 2015

HOW FRAGILE WE ARE



dimanche 22 novembre 2015

CHASSER LA HAINE



L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité,
seule la lumière peut le faire ;
la haine ne peut pas chasser la haine, 
seul l'amour peut le faire ... 
.
Martin Luther King
.