mercredi 31 décembre 2014

COMME UNE FLEUR

photo personnelle

Est-ce qu'une fleur, pleine de lumière, de beauté dit : 
« je donne, j'aide, je sers » ?
Elle « est » ! 
Et parce qu'elle n'essaie pas de faire quelque chose,
 elle recouvre la terre.
.
« Se libérer du connu »
.

ART NATUREL

photo personnelle

Un grand musicien est quelqu'un qui donne
après plusieurs années de travail
ce que donne le rossignol
au premier jet de son chant.

Il y aura toujours une pluie pour jouer du clavecin
 ou un merle pour composer une fugue.
.
Christian Bobin
.

.

mardi 30 décembre 2014

HABITER POETIQUEMENT LA TERRE

photo personnelle

En réalité, nous sommes tous plus ou moins artistes.
Le simple fait de vivre suppose un certain art de vivre.
Nous savons par exemple disposer des fleurs
 pour égayer notre demeure, 
dresser l'oreille pour écouter un chant d'oiseau
jouir d'un jardin au printemps
ou du coucher du soleil sur la mer.
Tout cela est bien.

Toutefois, si nous voulons dépasser les clichés,
dépasser l'habitude de réserver la beauté 
à seulement quelques moments privilégiés, 
nous devons apprendre à habiter poétiquement la terre
 comme l'a proposé le poète Hölderlin.
 Car la beauté, ce don qui nous est offert sans réserve,
 est omniprésente.

Il faut savoir en capter les plus humbles manifestations. 
Ces fleurs anonymes qui poussent 
dans les fentes d'un trottoir,
 ce rayon de soleil qui soudain fait chanter un vieux mur,
 ce cheval pensif au milieu d'un pré après la pluie,
 cet enfant qui offre un caillou coloré
 à un vieillard sur son banc,
 ces fragrances et saveurs que la mémoire réveille ...
.
François Cheng
.

lundi 29 décembre 2014

NOUVEAU BLOG : FILIGRANE

image ici

Une année qui débute,
c'est l'occasion de commencer de nouvelles choses...

Alors, voilà :
je vous présente un "nouveau blog",
consacré à l'écriture et aux mots...
.
Dans ce "blog tout neuf",
j'avais d'abord commencé
à publier uniquement des poèmes personnels...
et puis, au fil des jours, je me suis dit
que ce serait bien d'"élargir" un peu
le champ des publications,
de les diversifier un peu...
.
Aussi, j'ai décidé de tout recommencer
et de le rebaptiser !
Ce sera désormais  :

FILIGRANE,
Poèmes, textes
et jeux littéraires...

parce que c'est plus drôle de créer
"tous azimuts".. !  :-)
.


Je vous proposerai donc encore
des poèmes et des textes personnels...
mais je ferai aussi appel à vous
de temps à autre...
notamment le premier de chaque mois...
.
A cette date, je lancerai un "jeu littéraire"
(création de textes divers...
 jeu sur les mots ... poésie ...etc)

Vous aurez ensuite trois semaines
pour envoyer vos propositions...
qui seront publiées sur le blog
au fur et à mesure de leur réception...
.
Venez y faire un tour de temps en temps...
et si ça vous dit,
laissez-y votre "griffe personnelle"...
cela me fera grand plaisir !
.
La Licorne
.
P-S : Pour vous y rendre, cliquer ICI
.


dimanche 28 décembre 2014

ESPRIT CREATIF



Quel que soit son domaine de création,
 le véritable esprit créatif n’est rien d’autre que ça :
une créature humaine née anormalement,
inhumainement sensible.

Pour lui, un effleurement est un choc,
 un son est un bruit, une infortune est une tragédie, 
une joie devient extase, l’ami un amoureux,
 l’amoureux est un dieu, et l’erreur est la fin de tout.

 Ajoutez à cet organisme si cruellement délicat 
l’impérieuse nécessité de créer, créer, et encore créer 
– au point que sans la possibilité de créer de la musique, 
de la poésie, des livres, des édifices, 
ou n’importe quoi d’autre qui ait du sens, 
il n’a plus de raison d’être.

 Il doit créer, il doit se vider de sa créativité. 
Par on ne sait quelle étrange urgence intérieure, inconnue,
 il n’est pas vraiment vivant
à moins qu’il ne soit en train de créer. 
.
Pearl Buck
.
.


BESOIN

image ici

Le besoin de créer est dans l'âme
comme le besoin de manger dans le corps. 
L'âme c'est une faim.
.
Christian Bobin
.

samedi 27 décembre 2014

LAISSER VENIR LES MOTS

image ici

Par-delà tout geste, il faut laisser venir les mots.
 Il faut que les choses vitales soient dites
 - c'est ce que l'homme peut faire de plus important
sur cette terre -, 
tout le reste viendra de surcroît.
.
François Cheng
.

vendredi 26 décembre 2014

TRANSFORMATION

image ici
.

C'est toujours l'amour en nous qui est blessé,
 c'est toujours de l'amour que nous souffrons 
même quand nous croyons ne souffrir de rien. 
.
Christian Bobin
.
Trouve en toi l'endroit où est la joie.
Et la joie vaincra la douleur.
.
Joseph Campbell
.

jeudi 25 décembre 2014

JEU DE NOËL (11)



Au milieu de la nuit,
Au début de l'hiver,
Il était une fois un petit d'homme,
Qui arriva tout sanguinolent sur la Terre des hommes.

Bizarrement, ce petit d'homme avait déjà
 une douleur atroce en son cœur.
Il s'était passé quelque chose...
S'il avait su dire les choses, alors, il aurait susurré,
Non, je ne dirai rien,
Je ne ferai rien.
Mais laissez moi...
Laissez moi vivre !

Je n'existe pas !

Donnez moi juste un peu de pain,
Juste un peu d'eau.
Ne me demandez rien...
Je ne suis pas là.
Ne me sollicitez pas.

Je n'existe pas !
Je ne veux que "Survivre".

Mais il ne savait pas user des mots...
Alors, lentement, doucement,
La petite étincelle alla s'enfermer au fond de son cœur,
Pour laisser passer les heures, les mois, les années,
Les dizaines d'années.
En attente...

Régulièrement, elle envoyait des messages :
"Tu n'es pas cela."
"Abandonne ton fardeau."
"Ne juge pas..."
"Accepte ce qui advient"

Dans l'espoir que le petit d'homme capte l'un d'eux,
Entame, pas à pas, un retour à la source,
Ose entrouvrir la "Porte" de son cœur,
Pour laisser s'échapper la Lumière,
Et naître enfin... 
.
.
(le texte est arrivé pendant la journée du 24,
donc avant la date limite,
mais je n'ai pas eu le temps
de le publier avant... )
.

mercredi 24 décembre 2014

JEU DE NOËL : MERCI



Dans la nuit du long hiver
dix petites lumières
se sont allumées...
dix colliers de mots-étoiles
ont composé une guirlande magique
faite d' imagination, de créativité...
et de talent !

Merci à vous tou(te)s
d'avoir trouvé les mots du coeur,
ceux qui donnent du sens
à ce moment de l'année...

Merci d'avoir donné naissance
à ces magnifiques textes qui résonneront
encore longtemps en nous...
.
Je vous souhaite
un beau NOËL
empreint de douceur et de joie !
.
La Licorne
...
.
P-S : J'ai ajouté un "petit cadeau"
sous chaque lien...
à déballer...en cliquant ... :-)
.


mardi 23 décembre 2014

JEU DE NOËL (10)



Dans la NUIT noire,
L’étoile d’argent brille.
L’HIVER frappe à notre porte.
Dans l’étable entre le bœuf et l’âne,
Marie et Joseph se sont réfugiés,
Ils veillent,
L’enfant Jésus va NAITRE.


Les petits ne dorment pas,
Ils attendent l’homme à la barbe blanche
Devant le sapin tout illuminé et enguirlandé,
Leurs yeux brillent,
Le monde est en joie,
C’est la MAGIE de Noël,
La LUMIERE est dans les cœurs,
La paix est demandée,

Et si vous avez un brin de foi,
Vous verrez les arbres dans la mer,
Les puissants renversés, 
Les trésors partagés.
L’Emmanuel est parmi nous
Il est venu nous parler d’amour.
.
.
Rembrandt : "L'adoration des bergers"
.

JEU DE NOËL (9)



"Brrrrr ! Trop froid",
 se disait la marmotte 
tout en émergeant de ses rêves.
"Mais que se passe-t-il donc ? 
Serait-ce donc cela l'hiver ?"
"Bouger. Il faut absolument bouger
sinon la température aura raison de ma vie", 
se disait-elle.
Elle se dégourdit alors chaque membre
 doucement puis plus activement, 
mais cela restait insuffisant.
Sortir.

 Gambader sur les alpages de l'été la tentait.
 Retrouver le rocher de son père...
Il ne restait plus qu'à oser l'idée 
maintenant qu'elle y avait songé. 
Dégageant l'entrée du terrier,
elle émergea enfin le bout du nez.

Dehors la nuit régnait. 
Un silence glacial l'enveloppa et la fit
frissonner un peu plus.
Elle en était déjà à regretter son désir mais... au loin... 
tout au loin... une lumière l'intrigua.

N'écoutant que son courage et son désir de chaleur, 
elle se jeta en avant de toutes ses forces.
En grimpant sur les rochers accrochés au vide, 
elle fixa les lueurs magiques des cieux,
 particules boréales de la naissance d'un faux jour 
qui crache son feu tel un dragon qui danse.


Elle traversa les rapides au-delà des remous 
dans un chaos assourdissant. 
Son corps épuisé ne s'arrêta qu'au moment 
où la clarté l'embrassa de toute sa chaleur.

 Elle en tressaillit de bonheur
et toute à sa joie elle posa sa main, là,
 tout près de son coeur.
 Là était son père, là était-il à jamais...
.
.



JEU DE NOËL (8)

image choisie par Eric

J oie d'un instant de trêve
O riginelle où dans l'hiver
Y in et yang se fécondent
E ternité sur cette terre et
U nanime accueil avec
X énophilie ?

N uit de l'étrange magie
O ù scintille la paille
E ncore chaude pour une
L umineuse naissance !
.
.

lundi 22 décembre 2014

JEU DE NOËL (7)



Un solstice, une bouilloire, une larme…

Elle aime tant cette soirée qui approche, 
elle aime tant ce solstice d’hiver (*)
qui offre la plus longue des nuits… 
Il faut dire que pour elle, la nuit  est « La parenthèse ». 
L’ouverture, dans ce monde de « trop de tout », 
d’un bel espace pour respirer,  penser  et enfin être…

Le monde d’aujourd’hui a trop de mots, trop de musiques,
 trop de gestes, trop de meutes, trop d’objets,
 trop de lumière, trop de potentialités
et trop peu de possibilités…. 
Elle sait que pour elle
 dans ce "Trop de tout" il y a si peu de place…. 
Alors la nuit bien sûr !


Et puis, elle a depuis l’enfance cette certitude
 "Un des solstices qu’elle sera amenée à vivre 
lui offrira une surprise, une révélation, une magie 
comme on en rencontre qu’une dans sa vie."
Alors l’idée de tant d’heures de tranquillité
 et peut être d’un rendez-vous avec sa destinée 
lui fait hâter le pas…

Elle imagine déjà ses rituels :
                 ·  Papier, petit bois, bûche, allumette, feu
                 ·  Bouilloire, eau, miel, thé
                 ·  Livre ? Ouvrage ? Rêverie ?
  L’instant lui dictera son choix
                 ·   Vieux fauteuil, plaid,
                 chat « Dentelle » sur ses genoux...


Plus que 100 mètres 
et sa voiture la conduira à tout cela…
Plus que 50 mètres…
 Plus que quelques mètres,
une silhouette est adossée contre sa voiture,
elle ralentit, plus que 3 mètres,
 la personne lève la tête en sa direction et...

 le temps s’arrête,
 elle porte « L’écharpe de Juliette »,
 la même qu’elle a portée si longtemps 
et qui ne quitte jamais la patère de l’entrée.
 Oh la couleur en est différente, mais  tout comme la sienne 
elle est délavée, usée, mitée 
et reconnaissable au premier coup d’œil.


 « L’écharpe de Juliette »
seul souvenir tangible de cette grand-mère
qu’elle a si peu connue et pourtant, tant aimée.
 Comment cela se peut-il ?
 S’arrachant  à l’attrait de l’écharpe
 elle lève son regard jusqu’au visage et reste sans voix…
C’est elle, c’est exactement elle qui se trouve devant elle ! !

Sans rien savoir elle comprend, 
elle ne sait pas comment, elle ne sait pas pourquoi. 
Elle sait seulement que ses prémonitions étaient justes
 et qu’à elle, elle la sans famille, 
cette nuit de solstice vient de lui offrir une sœur jumelle,
 de donner naissance à des promesses 
d'un futur magique et insensé …

Elles ont à cet instant la même larme, 
qui coule en faisant le même sillon,
 alors que le même sourire se dessine sur leurs lèvres
 et que les mêmes étincelles dégèlent leur cœur…

Elle s’approche, une main se tend,
elle la prend et dit simplement…
« J’ai un deuxième fauteuil auprès du feu, 
nous avons toute la nuit pour nous raconter et…
ça tombe bien c’est la plus longue de l’année…. »
.
.
.
(*) : Articles intéressants sur le solstice d'hiver :
ICI et LA
(ajout de La Licorne)
.

JEU DE NOËL (6)



Ta maman avait déniché, pour toi, 
un petit éléphant lumière....
Ces petites choses en plastique qui,
 une fois allumées, se parent de couleurs irisées...

On m'a raconté que tu as crié "A mamyyyy !!! !" 
quand elle te l'a offert..
Que tu as couru le glisser sous mon oreiller,
 pour que je le trouve à la nuit tombée...

Une fois couchée,
 pelotonnée sous ma grosse couette d'hiver,
Je l'ai senti et j'ai su de suite qu'il venait de toi ;
 un cadeau, une magie oubliée..
Quelque chose d'une renaissance naturelle... 
Un Noël quotidien pour une grand-mère particulière :-)
.
Corinne
(Vidéo de l'auteur(e) sous le lien)
.

dimanche 21 décembre 2014

JEU DE NOËL (5)

image ici

Au coeur de l'hiver, au coeur de la nuit
comme une petite graine
 se lover au creux de la terre.

 S'y abandonner, s'y reposer, s'y ressourcer.
 Là, au plus profond de soi, 
se rapprocher le plus possible de sa lumière intérieure
 et la laisser nous réchauffer, nous inspirer, nous illuminer.
 Puis au loin entendre comme un appel.
 Se réveiller, s'ébrouer, 
sentir un frisson, une onde, une énergie nouvelle
 traverser son corps.

Naître une fois encore 
et laisser éclater sa magie au grand jour.
.
.

samedi 20 décembre 2014

JEU DE NOËL (4)



Cette nuit-là, elle fit un rêve étrange,
 ou plutôt un cauchemar.
 Un bruit l’avait alertée.
 Elle était dans un espace sombre
dont les parois semblaient battre
au rythme de son cœur.
 Regardant autour d’elle, elle vit la boîte 
contenant la couronne royale.

 “Où suis-je ?” se demanda-t-elle. 
Elle remarqua alors qu’elle voyait aussi la couronne 
qui semblait luire d’une douce lumière
comme une braise dans un feu qui s’éteint. 
Un mouvement à la limite de son champ de vision
 lui fit tourner la tête. Elle fixa l’endroit sans rien voir. 
Elle reprit sa contemplation de la couronne, 
détaillant chaque décoration, chaque pierre
et jusqu’à ce curieux oiseau qui était au milieu.

De nouveau, elle eut l’impression de voir quelque chose, 
une forme, une silhouette
à la limite de sa vue sur la gauche.
 Tournant son regard vers ce qui bougeait, elle ne vit rien. 
Elle prit peur, sentant une présence qu’elle ne voyait pas.
 Elle essaya de se calmer.
 Elle allait se réveiller et tout allait rentrer dans l’ordre.

 C’est alors que prit naissance cette chose hideuse 
qui lui fit pousser un petit cri.
 Elle ne la voyait qu’à la condition
de ne pas la regarder en face.
 Si elle braquait son regard dessus, 
elle devinait avec peine une brume jaune sale.
Ce qu’elle apercevait lui rappela les arbres des marais,
sortes de totems chétifs couverts de lichens moussus
aux silhouettes torturées.


Son malaise augmenta devant cette magie
à l’oeuvre au sein même de sa tente.
 Une pensée lui vint, 
elle devait ouvrir la boîte qui contenait la couronne.
 Elle avança la main presque sans y penser. 
C’est en touchant le coffret
qu’elle prit conscience de ce qu’elle faisait.

 Elle fit un effort pour arrêter sa main 
qui déjà commençait à jouer avec la serrure.
 Ce coffre de voyage était en lui-même une protection 
contre tout ce qui pouvait atteindre
 la puissance qui y habitait.
Elle savait que seule l’union de son père et de la couronne
 pouvait résister aux êtres maléfiques.

Elle cria à nouveau, luttant avec elle-même
 pour retenir sa main 
qui semblait ne plus vouloir lui obéir.
En périphérie de son champ de vision
 la chose hideuse s’agitait comme habitée de convulsions.
 Moayanne connut la panique.

 Elle avait perdu le pouvoir sur son corps 
qui semblait ne plus lui obéir. 
C’était maintenant la deuxième main
 qui tentait de faire jouer la serrure. 
Elle banda ses forces pour résister mais rien n’y fit. 
Le premier verrou venait de jouer 
quand souffla le vent le plus glacial
qu’elle n’ait jamais connu.


Comme au pire de l’hiver, elle se mit à tant frissonner 
que ses mains ne purent continuer leur mouvement.
 À la seule lueur émanant de la couronne,
 elle vit l’hideuse créature se recroqueviller.
 Touchée de plein fouet par ce vent plus froid que la mort,
 la forme jaune sale convulsa une dernière fois
 avant de s’abattre par terre.

 Moayanne sentit alors la pression mentale la quitter brusquement.
 Elle put attraper un manteau pour couvrir son frêle vêtement de nuit.
 Elle parcourut la tente qui l’abritait 
pour voir d’où venait ce vent qui soufflait ainsi.
 Elle repéra sans peine la déchirure 
dans la paroi de sa tente par où il pénétrait. 
Et brusquement tout cessa.

Moayanne bondit de son lit. Le noir était absolu.
 Tout semblait calme. Un rêve ! 
Elle avait simplement cauchemardé tout cela. 
Demain le voyage reprendrait 
et son père pourrait régénérer sa puissance 
en faisant le rite de Bevaka.

 Elle souleva le pan de sa porte, dehors l’air était tiède.
 La pluie avait cessé. Un rayon de lune éclairait le paysage. 
Elle examina sa tente, tout était en ordre. 
Les verrous du coffret à leur place. Elle retourna se coucher.
 Elle avait rêvé, simplement un mauvais rêve. 
Une seule chose la dérangea, 
pourquoi faisait-il aussi froid dans sa tente ?
.
.

vendredi 19 décembre 2014

JEU DE NOËL (3)



Entrer dans ma nuit obscure,
Dans l’automne de ma joie, 
Dans l’hiver d’espoir transi,
Y découvrir le chemin d’une lumière de vie
et la magie de l’étoile me guidant vers ma naissance 
au mystère que je suis.
.
Amezeg
.

jeudi 18 décembre 2014

JEU DE NOEL (2)



Douce nuit d’hiver
Annonce de magique naissance
Lumière du monde
.
.

JEU DE NOEL (1)

photo de Passion

Faut-il attendre l'hiver pour mettre sur la table,
des bougies allumées,  des mets raffinés
et des coupes de cristal 
emplies de lumière et de bulles dorées...?
  
Faut-il une naissance, une nuit étoilée, 
pour réunir les âmes sur les mots d'une histoire,
 par des hommes , inventée ?
Faut-il donner un nom, une identité, une religion,
 pour qu'opère la magie...

Faut-il chanter NOËL, pour que , 
durant quelques minutes, enfin,
 les hommes se prennent la main, 
et baissent leurs fusils ?!
.
.

mardi 16 décembre 2014

JEU DE NOËL



En ces jours de fin décembre,
que j'imagine bien occupés, 
j'ose -quand même- vous proposer un petit jeu :

Il s'agira d'écrire un texte,
(fiction, poème, récit...ce que vous voulez)
comportant obligatoirement les mots suivants :
nuit, hiver, naissance, magie, lumière
(ou mots dérivés :
 nocturne, hivernal, naître, magique, lumineux...).

Vous pouvez , si vous le désirez,
proposer une image ou une photo
en illustration de votre texte.
Si vous ne le faites pas,
ce n'est pas grave,
je le ferai moi-même...

Envoyez le tout
à undeuxtrois4@orange.fr
ou laissez votre texte simplement ...
dans les commentaires.

Date limite : 24 décembre minuit...

Comme d'habitude, les textes seront publiés
au fur et à mesure de leur arrivée...

En attendant vos productions
que j'espère "imaginatives"...
Je vous souhaite une très bonne fin d'année
et beaucoup de joies familiales...
ou autres !
.
La Licorne
.
P-S : J'avais proposé un jeu similaire en 2011...
Cela peut éventuellement vous donner des idées...)
.


FORCE DE LA POESIE

photo personnelle

Oui, grande est la force de la poésie,
fille du ciel.
William Shakespeare

lundi 15 décembre 2014

CLARTE

photo personnelle

Ma vie ne vient à moi qu'en mon absence. 
Dans la clarté d'une pensée indifférente à mes pensées.
 Dans la pureté d'un regard indifférent à mes désirs.

 Ma vie fleurit loin de moi, à l'école buissonnière. 
Je m'en sépare en allant dans le monde.
 Je la rejoins en contemplant le ciel.
 Le ciel matériel, peint en bleu et en or. ..

 Les lumières qui y traînent sont des lettres d'amour.
Un amour sans appartenance. Sans avidité.
 Un amour qui ne vous demande rien - sinon d'être là.
 Qui vous donne l'éternel, en passant.
.
Christian Bobin
.


dimanche 14 décembre 2014

DEFINITION DE LA BEAUTE

photo personnelle

La beauté n'est pas le joli, elle est le vivant.
Est beau ce qui est vivant, ce qui jaillit de la vie,
ce qui honore la vie
.
Au coeur de notre quotidien, 
tout est sujet à émerveillement et à gratitude.
Faire l'expérience de la beauté nous agrandit,
ouvre notre coeur à la joie,
nous libère du mental et du négatif.
.
Brigitte Sénéca
.
(trouvé sur le blog de Naline)
.


samedi 13 décembre 2014

CE QUI EST

photo personnelle

L'intelligence est la capacité de percevoir l'essentiel, 
le « ce qui est ».
 Éveiller cette capacité en soi-même et chez les autres,
 c'est cela l'éducation. 
.
Krishnamurti 
« De l‘éducation »
.

vendredi 12 décembre 2014

DISTRACTION

photo personnelle

La beauté a puissance de résurrection.
 Il suffit de voir et d’entendre.
 C’est par distraction 
que nous n’entrons pas au paradis de notre vivant, 
uniquement par distraction.
.
Christian Bobin
.

jeudi 11 décembre 2014

PETIT FRERE DU SOLEIL

photo personnelle (prise ...en décembre !)

Vous avez plusieurs façons de voir le soleil. 
La voie scientifique vous met entre les mains 
des documents extrêmement nombreux,
 de plus en plus précis,
qu’il vous faudra plus qu’une vie pour lire.

Et puis, vous avez l’autre voie. 
Vous regardez autour de vous, vous voyez un pissenlit, 
et là, vous savez ce qu’il en est du soleil. 
Parce que la structure est la même.

 Le pissenlit, à mon sens, 
est comme un petit frère égaré du soleil.
 Il aime tellement son grand frère, 
qu’il s’est mis à lui ressembler.

 Dans l’infime, vous avez l’immense.
 La contemplation vous donne
 ce que l’information ne vous donnera jamais.
 La contemplation a besoin de s’appuyer
sur du très peu, du très simple.
.
.

mercredi 10 décembre 2014

BEAUTES

photo personnelle

Il faut sauver les beautés offertes 
et nous serons sauvés avec elles.

Pour cela il nous faut à l'instar des artistes 
nous mettre dans une posture d'accueil 
ou alors à l'instar des saints dans une posture de prière,
 ménager constamment en l'intérieur de nous
 un espace vide fait d'attente attentive,
 une ouverture faite d'empathie 
d'où nous serons en état
de ne plus négliger, de ne plus gaspiller,
mais de repérer ce qui advient 
d'inattendu et d'inespéré.
.
François Cheng
.


mardi 9 décembre 2014

JE SUIS

photo personnelle

Recherche le royaume de l'Amour
Car ce royaume te fera échapper à l'ange de la mort.

Je suis l'atome, je suis le globe du Soleil,

A l'atome, je dis : demeure.
Et au soleil : arrête-toi.

Je suis la lueur de l'aube,
je suis l'haleine du soir,

Je suis le murmure du bocage,
la masse ondoyante de la mer.

Je suis l'étincelle de la pierre,
L’œil d'or du métal

Je suis à la fois le nuage et la pluie,
J’ai arrosé la prairie.

Purifie-toi des attributs du moi,
Afin de pouvoir contempler ta propre essence pure.

Contemple dans ton propre cœur
Toutes les sciences des prophètes,

Sans livres, sans professeurs, sans maitres.
.
Rûmi
.

lundi 8 décembre 2014

CIEL

photo personnelle

Le ciel pour qui l'a vu une fois est sans rival.
.
 Christian Bobin
.

dimanche 7 décembre 2014

LA VRAIE RELIGION

photo personnelle

La vraie religion est 
 la culture de la liberté
dans la recherche de la vérité.
.
Krishnamurti
"De l'éducation"
.

PRES DE NOUS

photo personnelle

C' est ce qui est près de nous qui nous sauve,
 pas les grandes choses dont on rêve.
.
Christian Bobin
.

samedi 6 décembre 2014

DIEU

photo personnelle

Dieu, c'est ce que savent les enfants, pas les adultes.
Un adulte n'a pas de temps à perdre à nourrir les moineaux.
Christian Bobin
.


vendredi 5 décembre 2014

DUVET DE MOINEAU

image ici

Nos solidités, nos savoirs, nos volontés
 ne tiennent pas la route.
Tôt ou tard, elles cassent 
– d’autant plus facilement
 qu’elles sont crispées sur elles-mêmes.

Mais un duvet de moineau ou l’aigrette du pissenlit, 
ça ne se brise pas. 
C’est tellement léger 
que ça ne peut pas connaître cette mésaventure.
.
.

FRAGILITES

image ici

Apprenez à accueillir et à aimer vos fragilités.
 La faille de l'être, c'est la béance
 par laquelle la vie nous relie les uns aux autres
 par l'amour.

 Ne nous relions pas seulement aux autres 
par la synergie de nos forces et de nos dons,
 mais aussi, et surtout, par la complémentarité
de nos manques et de nos faiblesses.

La vie veut que nous ayons besoin les uns des autres
et que nous puissions nous soutenir dans l'amour.

L"Ame du monde a fait ainsi :
chaque être est doté d'un don
qui lui permet d'être un soutien
une consolation ou une lumière pour les autres ;
mais aussi d'une faille, d'une fêlure, d'une fragilité,
qui réclame l'aide d'autrui..
.
Frédéric Lenoir
"L'Âme du monde"
.
(citation trouvée chez Françoise :
merci à elle !)
.

jeudi 4 décembre 2014

SOIS L'ENFANT

photo Sabine Weiss

Le passé n'existe pas, le futur n'existe pas,
Sois l'Enfant qui dans l'instant s'offre vierge à l'expérience,
Sois l'Enfant, maître de sa destinée,
Sois l'Enfant qui court devant le temps,
qui rêve d'univers,
qui se rêve créateur d'univers.
.
Vahé Zartarian
.


mercredi 3 décembre 2014

NI PORTE NI FENETRE



Ce sont nos représentations qui nous enferment.
 Nous vivons plus dans l’échafaudage
de nos représentations
 que dans la réalité objective.

 Le Réel, lui, n’a ni porte ni fenêtre, 
il est l’infini de l’infini des possibles...
.
Christiane Singer
.


mardi 2 décembre 2014

VIGILANCE GLOBALE



La vigilance n'est pas qu'un aspect lié à ce qu'on voit.
La lucidité de l'esprit n'est pas le seul facteur
composant la Vigilance, 
car en vérité, la Vigilance est globale.

Elle touche le corps physique, le corps énergétique,
 l'émotionnel et la pensée.

Lorsque nous sommes pleinement présent, 
ancré dans le corps, la pensée s'estompe et s'espace.
Nous pouvons nous y exercer
 par le biais de la méditation par exemple 
(ou certains exercices de Chi Gong ou de Yoga aussi).
.
Lionel Cruzille
.